TRACT - L'école doit être "HORS LES HAINES"

Les communistes ont exprimé avec force leur indignation face à l’abominable assassinat de Samuel PATY. Notre solidarité va à sa famille, à ses proches et à tou·tes les enseignant·es du pays qui devront retourner en classe, avec cette horreur devenue possible.

S’il nous faut combattre de tels actes sans réserve tou·tes ensemble, il nous faut aussi rester mobilisé·es contre l’obscurantisme. L’instrumentalisation de ce crime par les forces les plus réactionnaires du pays, attisant les peurs, ayant recours à des discours autoritaires et sécuritaires, est inadmissible. Cela conduit à plus de violences et de racisme. L’enquête doit établir les responsabilités précises des un·es et des autres et sanctionner les complices de ce crime.

Dans le même temps, la protection de la population ne peut se faire qu’en renforçant les libertés publiques et la démocratie. Toute tentative de solution miracle, ou d’opération de communication, ne permettra
pas de lutter contre l’extrémisme. Toutes ces haines doivent se conjurer par des solidarités qui élèvent et réveillent.

Redonnons sens à l’idéal républicain…

Pour que la France retrouve la voie de la paix civile, il faut une réponse politique à la hauteur de ce crime, redonner sens au pacte républicain en luttant contre toutes les discriminations, les relégations et les misères. Il ne peut y avoir d’appartenance à l’histoire Républicaine, quand ses fondements sont dénaturés et que la Nation persiste à ne pas reconnaître l’ensemble des individu·es qui l’ont construite.

Répondre à la hauteur de ce crime, c’est refonder la République, en partant de l’Humain, de son individualité, de nouveaux rapports à l’Autre. C’est permettre de construire une identité commune pour faire vivre notre métissage social et culturel.

L’éducation, outil du vivre ensemble !

Cela commence par redonner des moyens au service public et du sens à ses missions. Comme la Justice et la police, l’éducation a un rôle à jouer comme garante du vivre ensemble. Les communistes se sont toujours battu·es pour assurer à l’école, la liberté pédagogique des enseignant·es. Notre ambition est le renforcement de l’école publique et de sa mission de formation à l’esprit critique. Nous militons pour une culture commune de haut niveau et émancipatrice. L’école, les enseignant·es ne sauraient répondre à l’ensemble des maux de la République. Il faut qu’ils et elles puissent accomplir leur mission sans peur, sans pression de qui que ce soit, pas même de groupes de parents d’élèves, surtout pour des motifs religieux. Et dans tous les cas, ils et elles doivent recevoir la protection et le soutien nécessaire de la part de l’Etat et de sa hiérarchie.