Ensemble le 16 juin !

DES MOYENS POUR L’HÔPITAL & LES EHPAD

Pendant ces longs mois de confinement, nous n’avons eu de cesse tous les 20h, de saluer et remercier l’investissement, l’implication, l’innovation des personnels hospitaliers et des EHPAD sans qui cette épidémie aurait pu être une véritable catastrophe sanitaire.

Un engagement d’autant plus louable, qu’ils et elles n’ont eu de cesse, avec leurs organisations syndicales, et à leur côtés les communistes, de dénoncer les politiques d’austérité qui ont conduit à des restructurations hospitalières draconiennes, des fermetures de lits et de services par dizaines de milliers indadmissibles, de casse de notre système de santé publique comme de sécurité sociale qui les accompagnent.

Cette incurie gouvernementale, qui repose sur les lois Bachelot, Touraine et Buzyn, était annoncée, comme en témoigne le Tour de France des Hôpitaux et des EHPAD des parlementaires communistes depuis plus d’un an. Leur plan d’urgence, s’il avait été entendu par le Gouvernement E.Philippe du Président Macron, aurait évité bien des morts y compris dans les personnels de santé, dans les services de réanimation et aux urgences.

L’annonce du Ségur de la Santé, si elle répond à une réelle exigence des syndicats et des personnels qu’ils représentent, est pour autant inquiétante car il est censé reposer sur les mêmes bases du jour d’avant, la loi Ma Santé 2022, qui prévoit toujours dans le Val-de-Marne comme dans toute l’Ile de France la fermeture de 50% des lits de Soins de Longue Durée dont 150 à l’hôpital E.Roux ou encore de service comme en psychiatrie à l’hôpital A.Chenevier.

Avec eux, nous exigeons un Plan d’urgence pour l’Hôpital, 100 000 nouveaux emplois à l’Hôpital, 300 000 dans les EHPAD, l’arrêt des restructurations, des fermetures de lits, de services pour une réponse aux besoins de la population, l’abandon de la tarification à l’activité (T2A), l’augmentation de l’ONDAM et une loi de financement de la Sécurité sociale qui réponde aux besoins, l’augmentation du point d’indice dans la fonction publique hospitalière, une augmentation générale des salaires à hauteur de 300 euros et la reconnaissance des qualifications des professionnel.les pour un meilleur déroulement de carrière, l’égalité professionnelle pour leurs métiers à prédominance féminine, une refonte de notre système de santé et de protection sociale pour répondre aux nécessaires améliorations des conditions de travail, de vie des salarié.e.s et à l’amélioration de la qualité de prise en charge de la population, …

C’est pourquoi, les communistes appellent à être très nombreuses et nombreux
le 16 juin, à partir de 13H30, devant le ministère de la santé, avenue Duquesne à Paris,
pour apporter tout notre soutien dans la rue, aux personnels des hôpitaux et du médico-social.

Suffit les médailles et les applaudissements, agissons ensemble pour de véritables avancées sanitaire et sociale !